television_1

« L’unité fédéfondoratrice de la néorépudiance créroratrice terniture solicélidément la substantifique moëlle terroterrestre. »

Les journaux ne savent plus quoi inventer, ils racontent toujours les mêmes conneries se dit A. le matin où il but une tasse de café.

 

 Il met deux sucres dans sa tasse.

Si les sucres fondent

N’est-ce qu’à cause de l’eau ?

Pourtant elle est chaude

Pourtant elle est chaude

Il lui balança le contenu de sa tasse au visage.

 

 Elle était belle d’habitude. Aujourd’hui, elle venait de se lever, elle était défiguré.

« Ca ne va pas espèce de gros taré ! Qu’est-ce qui te prends de me balancer de l’eau bouillante dans la gueule ?! »

 

 Il la regarde en mangeant une tartine beurrée recouverte de confiture de fraise. La télé n’est pas allumée. Il ne l’entend pas émettre toute la sorte de bruits que les télés émettent toujours, à commencer par ce léger sifflement accouphonique qui pique le coin de l’oreille.

 Ni non plus cette façon de « poser » qu’ont les journalistes et qui est si particulière, qui commencent toujours par un ton haut aérien puis d’un coup redescend avant de remonter.

 

 « Car j’habite ici depuis maintenant de nombreuses années et je me suis toujours tu. Je me suis toujours laissé faire. Je n’ai jamais rien dit concernant tes agissements étranges, amoraux et anticolonialistes… »

Elle l’écoute penser en remuant la tête. Devant elle un bol où les céréales chantent dans le lait se tient prêt à attaquer. Le bout de ses cheveux y est plongé. De l’eau bouillante refroidie coulent le long de son visage rouge.

 

« ….tonpèrluc. Des semaines, non des mois, des années que suis là pour toi à toujours t’écouter et aujourd’hui ce soir, nous sommes le matin donc hier soir… »

 

Il prend une longue inspiration.

 

« Te trouver dans les bras de ce…. »

 

Elle lève les yeux en mâchant la bouche ouverte des sous (sous-marque) miel pop’s.

 

…Malapris. Voyou vaurien moins que rien, moins que rien de rien de rien, moins qu’une éclaboussure d’éternuement d’un mec d’extrême droite, moins qu’une crotte de fourmi coincée dans la semelle d’une basket tellement usée que la pluie s’y engouffre déjà avant même de tomber, moins qu’un jet de gaz aérosol qui serait en fait le pet le moins puissant au monde émis par une puce de puce de puce liliputienne mais emplirait le monde d’une puanteur incroyable, moins que la rognure d’ongle d’un marin sale perdue en mer depuis des années et qui fumerait sa dernière cigarette dans le brouillard en train d’uriner la tête dans des étoiles déjà éteintes parce que son urine dégouline de partout, moins qu’un mini réchauffement climitatique si minime que même pas trois grammes de banquise ont fondu, moins que la plus insignifiante crise financière qui n’aurait d’autres effet que d’augmenter le prix des trous dans les vis spécifiques dont on se sert pour recouvrir de ventilateurs certains processeurs défectueux mais qu’une association secrète qui a beaucoup investi dans cette histoire essaye de répandre le plus possible pour détruire internet de l’intérieur et punir tous les consommateurs en les éléctrocutant mortellement même si c’est un pléonasme.