24 août 2007

«A demain» qu'il lui avait dit!

   «A demain» qu'il lui avait dit. Elle, distraitement, un signe de la main sans se retourner. La porte claque. Elle porte une robe de chambre blanche. Elle ferme la porte du placard du coude en tenant le paquet de céréales. Saisit un plateau de derrière le micro-onde de l'autre. A plat, les céréales dessus. Un bol jaune avec une anse cassée. Le lait dans le réfrigérateur. Se met en marche quand elle l'ouvre ouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuvvvvvr... Dans le salon. Ses cheveux bruns ondulent. Elle n'est pas bien ... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 19:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 août 2007

A propos des fautes

Il y en a trop ça nuit à la lecture, je suis contre servitude complète à orthographe mais de là à déservir à ce point les textes. Donc je reprends les vieux textes (en cours), et je relirai plus sérieusement les nouveaux. Il restera des erreurs, mais beaucoup moins, j'estime que c'est le "service minimum". Pour tous ceux qui se cassent le cul à me lire. Merci.
Posté par HELAS à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2007

La dyslexie

La dislexie n'ait une madali.
Posté par HELAS à 18:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2007

Parce que les enfants qui naissent ne sont pas sages

Parce que les enfants qui naissent ne sont pas sages il préfére ne jamais en avoir. Il, c'est un couple tout ce qu'il y a de plus traditionnel sur l'île de Minimale. Il se tient la main à longueur de journée et il marche sur la plage tous les soirs pour admirer les orangés couchers de soleil. Bref ils se font chier. Mais comme on sait : sur l'île impossible de se suicider. Il ou elle a bien essayé de se noyer. C'était un beau jour de juin, à peine allumé sa cigarette, le couple déjà en avait marre de fumer. Aussitôt... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 16:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 août 2007

A plat ventre pour éviter la roquette

A plat ventre pour éviter la roquette qui siffle au dessus de sa tête explose sur immeuble derrière lui.  De la poussière, fumée noire. Vite se relever, ressaisit le famas qu'il avait plaqué contre le sol. Court à toute vitesse avec tout son bardas, le dos courbé. Tellement de dopamine ou Dieu sait quoi que. Ne sens rien. Vit simplement. Dans l'effacement de sa singularité. Dans l'éventualité probabilité croissante de sa mort à chaque pas qui le rapproche du feu du bout du  canon de... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 16:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2007

Musicalement votre!

Plus de Justice, Croyais l'avoir payé TTC, Adieu liberté sans la Caution. Combien d'année avant dans mon Atelier retourner.
Posté par HELAS à 02:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2007

Elle erre dans les couloirs vides

Elle erre dans les couloirs vides parce que ce sont les vacances et sur le sol les dalles noires et blanches uniquement plus les cafards et les rats. Des toiles dans les arraignées de coin. Elle porte deux seaux remplis d'eau parce qu'elle s'est faite surprendre en train de draguer le plus beau jeune homme de la classe de l'avis général de toutes ses amies. Elle marche en arrière. Sa première toute première journée dans l'école. Comme à la maison chaussure enlevé. Uniforme. Des rangées d'élèves et ceux qui... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 02:21 - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 août 2007

Exact c'est exactement la bonne réponse

Exact c'est exactement la bonne réponse. Incroyable! du bon livre la bonne page la bonne phrase la bonne élipse. La bonne intonation, la bonne cadence, les bons gestes, la bonne attitude. Mais pas la bonne personne. Dommage
Posté par HELAS à 01:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2007

En haut de la tour Eiffel

    En haut de la tour Eiffel, Je gèle, Ah! Si seulement j'avais des ailes.     En haut de la tour Eiffel Je me les pèle, Si seulement j'avais                                                   Une                              ... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 01:50 - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 août 2007

La poésie d'aujourd'hui n'est plus celle d'hier

La poésie d'aujourd'hui n'est plus celle d'hier     Heureusement Un petit con d'arrogant S'en aller lui casser toutes ses dents En reste deux sur le côté droit Un ghetto où chantait une radio.    Il pleut dans mon coeur comme il pleure sur la ville. Je suis infiniment un salaud et l'image de ma médiocrité se reflète à l'infini dans les flaques d'eau dans lesquels à cloche pied saute un enfant ciret rouge et bottes en caoutchouc. Accoudé au balcon je suis nostalgique de l'époque où... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 01:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]