28 août 2007

Edition

«Elle le regardait avec les yeux de la femme qui aime. Il lisait. Une connerie. Comme d'habitude. Il s'était pris de passion pour des ouvrages pompeux, n'y comprenait rien, mais devant ses amis quand négligement sortait couverture d'un «bon Capote», toujours bien ça faisait. «J'adore la littérature chinoise» une fois avait-il dit. Et de parler du «dernier Y... Hu...», «j'ai même une dédicace!». Les pages, autant d'obstacles à franchir pour accéder à savoir. Finir un bouquin comme on pille une église. C'est à dire... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 19:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 août 2007

La flamme de la bougie qu'avec les mains on éteint

La flamme de la bougie qu'avec les mains on éteint. Parce que déjà c'est le petit matin. Pose son pistolet. Et quelques pas sur la terrasse. A quelle heure le désert s'éveille? Il baille et étire ses bras. Rentre dans la cahute et ramène la tasse de café bien chaude. Fume. Dans sa jeep. Un fusil à pompe sur les genoux. Une couverture. Les radios sont toutes les mêmes. Soit on parle, soit on joue de la musique. C'est nul. La fin de la ligne droite qui à la ville le conduit. Accélère? Un psychopate. En plein centre... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 19:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2007

Election

Fabriquer du pain comme on noie une huître dans casserole avec du sel pour que les courants aux épices. Suent des bras et des têtes dans une bâtisse d'architecte gourbieuse la montreuse du doigt devant la bouche se tait : chut. Les fenêtres, les fenêtres et dehors la pluie, le tintement de voitures des accidents. Tu marches sur des morceaux de phares brisés, comme tu sortais une année auparavant de la poche de ton jeans à la machine passée un vieux chewing-gum dans son emballage tout collé. Regarde par dessus mon... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 19:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2007

Prière

A genou, parce que le bout de ses pieds est malade. Autour de lui, un grand lac glacé. La nuit traverse les mailles de son veston. Il met les mains dans ses poches. Des pierres déjà refroidis. Le ciel est bleu marine. Le vent sent l'odeur de la mer. Des papiers volent. Son écharpe quitte son cou pour dans la forêt noire de là à quelques pas s'évanescer. Un avion sans prévenir du ciel en flamme dans la grande marre gelée va finir. Le bruit le tire hors de lui adieu retrouvaille. Des gerbes d'eau s'élèvent multicolores... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 19:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 août 2007

Que dire de quand tombent les chrysalides

Que dire de quand tombent les chrysalides sur les cheveux colorés des demoiselles aux jupes s'envolent même quand le vent ne souffle pas en hiver? Que des chenilles dire le soir après huit heures le soleil à peine levé elle se met déjà à bailler? Sur les lampadaires est-ce que c'est bien du vomi vert, les doigts des lacets défaits ne manque jamais de sur son pied trébucher, en haut dans le grenier on entend souvent un cors résonner à moins que ce ne soit le gravier que l'hiver sur ses côtes    amoncélé. La... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 13:58 - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 août 2007

Les brèves de supermarché 3

Dans un supermarché très particulier un jour je suis tombé : hébergé chez des amis, très occupés par une affaire que téléphone impromptument à leurs oreilles avait portée, la femme constate que pour le chat plus de nourriture. Son embarras se lisant sur son visage, me propose d'aller pour elle la chercher. Sourire. Accepté. Ne tarde pas à trouver mon bonheur. Supermarché entouré d'un grand parking comme c'est toujours le cas, des caddies, beaucoup de voitures. Mais personne dehors. Très haut la marque d'une enseigne que... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 22:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 août 2007

Une histoire de robot

Jeudi soir, un homme devant ma porte. Dans sa main une bien curieuse valise. Je regardais de mon balcon, caché derrière mon rideau. Les lumières allumés je ne voulais surtout pas qu'il me surprenne. Puis il disparut de mon champ de vision. Pendant quelques minutes plus rien. Rien du tout, trop de rien pour que la situation soit normale. Pris d'un terrible doute, je tirais violement mes rideaux et je comprenais subitement l'horrible vérité, dans une autre dimension, ils avaient réussi à me transporter. Les râclures, les... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 20:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2007

Trop petit

Trop petit pour avoir la force nécessaire, défoncer la paroi de la prison qui dans ses pires cauchemars depuis des lustres l'enferment. «Je ne suis qu'un minuscule être vivant, donnez moi plus de force et je vous promets de vous débarrasser du Mal». Sa croisade c'est le poing levé qu'il l'a menée, ils a brûlé plusieurs citadelles. Les belles femmes des donjons se sont jetés. A chaque insulte chaque mollard qu'on balaçait sur sa figure, quelque part une lance de plus se levait et un  nouveau soldat rejoignait son... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 19:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2007

Les phasmes, comme les (mensonges des) poli(ti)cié(n)s

Les phasmes, comme les (mensonges des) poli(ti)cié(n)s, difficiles à voir )venir(. Les mots dans le poste à ses oreilles se heurtent. Enfile son caleçon. Sur la paillasson, un vieux cigare rallume. Chapeau sur la tête. Aujourd'hui c'est le premier jour où enfin traquille il est, dans le sens où son travail à quitter on l'a obligé. Sans raison d'être. La conjoncture est un mot qui le fait éternuer. Un paquet de mouchoir dans la poche il franchit porte en verre. Sans l'ouvrir parce que du toit d'une tour s'écrase. ... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 13:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2007

Eh! Lui caresser les cheveux

Eh! Lui caresser les cheveux comme on soulève une robe et s'enfuir en courant avec rire. Les racailles sont les chenapans d'hier. Maudire médire et se hasarder dans rue de numéro pair en pair lasser ses chaussures à chaque nouvelle avenue. Regretter l'époque des baskets à scratchs et des consoles à cartouches des vieux ordinateurs aux temps de chargement plus long que regarder télé et les patins à rouler. Passer devant un sens interdit et taper dedans violement pour sa colère manifester. Une bombe de peinture noire deux... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 13:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]