09 novembre 2007

La mauvaise syllabe

Parler, causer, pleurer, s’amuser, ricaner. Comme une poubelle, elle est vraiment pas belle. Un jour tu lui écris un bien joli poème, elle te regarde de ses grands beaux bleus yeux. Tu comprends soudain à quel point ils sont déserts. Sur la table proprement tu mets le couvert. Le reflet de toi dans le cou-te montre blême. Dans la vie déjassez de problèmes, soupirant. Ton doigt tu plonges dans le tentant bol de crème, cette triste histoire c’est quand même ennuyant. La prochaine fois pas bonjour tu lui dira, mais que faire... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 14:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2007

Décasylla

Tu ne comprends pas pourquoi déjà elle. Dans la nuit si froide, veut te quitter. Elle ferait tout aussi tout aussi bien d’à côté. De toi rester, jamais avec elle tu. Jusqu’alors de soirée n’a passée elle. N’est qu’un fantôme qui  
Posté par HELAS à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 novembre 2007

Compression

Se révolter, courir entre les cailloux, au bout de la rivière un brin d’espoir. Deux marches, rapeuses, de la saleté, luisante. Une grenouille. Et toi tu y. Croasse. Sens souffler. Des vagues les pointes de tes cheveux. Deux abeilles te piquotent les orteilles.
Posté par HELAS à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2007

Evagination partie 3:

Il court et ses pas font jaillir en kaléidoscope étoileux les gouttes d’eaux des flaques  de boue. Le cristal. Et le pétrole qui est de l’eau noire est de l’or. Dans lesquels je plonge mes yeux pour effacer la souffrance de celui qui dort dehors sur une plaque de métro ou pire, dans les bras de la commune cruauté humaine. La voilà enfin, la troisième partie du roman Partie_3_Evagination Note techinque:Il est possible de grossir la police d'écriture à l'affichage en appuyant sur la touche crtl tout en tournant... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 02:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 novembre 2007

Un instant

Contre le carreau la pluie battante. Le ventre de l’homme, gros et gras, qui dort dans le lit, monte et descend. Respiration sifflante l’accompagne. Un âge certain. Les lattes du lit sont toutes cassées. Elle est assise et le regarde dormir en face. Sans ses collants. Ses jambes collées contre son ventre. Les cheveux o-burn. Elle se rend cehz le coiffeur pour les colorer. Sur de de tout petits bouts de papier, elle écrivait son histoire. Avant il savait si bien se tenir. Son histoire. L’époque où elle ne se forçait... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 01:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 novembre 2007

A quelle heure la promenade commence-t-elle déjà ?

La paume de sa main chaude dans l’épaisse fraîcheur de la nuit, la finesse de sa peau, la blancheur translucide à travers laquelle son cœur bat, comme la peau qui recouvre ces poissons baignés dans les eaux sans soleil. C’était tout un roman cette fille, avant même et surtout qu’elle eût ouvert la bouche, sauf que quand elle s’y regardait dans cette fontaine comme tout le monde dans ses grands yeux noirs ensorcellants elle y tombait aussi. Elle n’avait pas su se ménager d’elle même. Le fromager la surpris un jour dans... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 12:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2007

Evagination Partie_2

Voici donc la suite du roman avec quelques heures de retard: Partie_2_Evagination
Posté par HELAS à 02:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 novembre 2007

Polygone

Qui a éteint la lumière ? Il pleut car il sent l’eau dans ses vêtements neufs s’enfoncer. Depuis combien de temps traînaient-ils quelque part dans un recoin sombre d’entrepôt ? Neuf. Trempé. Il regarde le cadran de sa montre. Ne le voit pas. C’est ennuyant le noir. Les cents pas. Les premiers, une certaine ivresse, car craint intuitivement de quelque chose percuter. Un monstre. On s’habitue à tout. Le noir est très ennuyant. Pas de subtilité. L’uniformisation excessive. Réducteur. Le conducteur de la voiture tapote... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 00:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2007

Misère

Il tend la main. Le tintement de trois pièces. La dernière roule sur le trottoir mouillé. Pas la bonne saison. Il fait froid. Le vent souffle. Les yeux brillants. Regarde derrière l’horizon. Il dort sur un banc. Les couvertures trouées. Chassé après le dernier métro. Je déchire les énormes panneaux publicitaires qui sont une insulte à mon humanité. Je parle fort et je suis bourru. Quand personne ne me regarde j’ai l’air triste. Moi ton frère humain. Pas besoin d’aller bien loin pour un de ses cousins retrouvé... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 13:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 octobre 2007

Interrogatoire meurtrier

Les deux mains posées sur la table. Le sablier. Il y dépose ses cendres. Ça pue. Un commissariat. Le flic. Le regarde. De haut. Normal. Il est debout. Son cul contre la chaise. Retenu à l’épaule par le compère. Un. Deux. Policiers. En sécurité. Plus d’armes à feu dans une pièce que ce que jusque là dans toute sa vie il avait pu voir. Aucune. L’interrogent. C’est ce qu’il dit. −Je suis innocent. −On est tous innocents de quelque chose. Hier, un homme a tué soixante deux personnes avec une mitraillette en dégommant... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 12:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]