04 mars 2008

La pièce inépuisable

Un "long"Entre dialogue et pièce de théâtreAvec des illustrations de Martial RaysseEn PDF la_piece_inepuisable
Posté par HELAS à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 février 2008

Bon à savoir

C’est parce que la nuit tombe que les hommes l’entendent crier.
Posté par HELAS à 20:25 - Commentaires [5] - Permalien [#]
29 février 2008

incipit#1 dit « Pastiche à la manière de ceux qui ont des épines dans les fesses » :

   Une noisette pressée entre deux barres de fer éclate. Le métal rougit et les éclats de coquille s’embrasent. La fumée se propage dans la pièce. Plusieurs femmes crient et l’aigu de leur voix monte, traverse les tuiles de la maison abandonnée et planent telle une libellule égarée, sous la claire voûte étoilée.  De petits hommes s’agitent en bas et se passent de mains en mains des seaux en aluminium dont les reflets rougeoyant rappellent le halo démoniaque de l’incendie. L’eau déborde de ces récipients... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 20:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 février 2008

Les murs dynamités

Ca ne sert pas à grand-chose de s’appuyer contre le mur d’un bâtiment qui va être dynamité. D’ailleurs, ce ne devrait être pas être possible car, aujourd’hui, il y a des barrières de sécurité. De vous dire ça, là comme ça, fait remonter de ma poitrine une curieuse envie de vous raconter cette histoire. C’était le jour juste après le super Tuesday, les gens étaient presque tous souriants dans la rue parce qu’ils neigeait. Je me promenais avec mes mitaines trouées et m’amusai à cracher cette fumée qui les autres jours,... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 20:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 février 2008

Très bête

Je suis peut-être le plus bête Mais il m’arrive souvent de penser, Que depuis hier les choses ont changé Et que jamais plus naguère ne sera comme demain Néanmoins si une partie de mon cœur la nostalgie abrite, Chantant la complainte, la vertu et les refrains, Quelque chose y échappe et qui a prise sur tout mon corps, Qui la nuit maintes fois me fait tourner dans mon lit, Pour qu’enfin au matin, mes yeux se plongent dans un lointain Que le soleil éblouissant rend aussi silencieux Que les... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 20:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 février 2008

Lezodunil

Si le Nil coule devant tes yeux ce n’est pas pour qu’ils pleurent devant ces eaux que les poissons désertent. Ce n’est pas pour que les larmes se joignent aux torrents de boue. C’est simplement pour t’emporter un peu plus loin. Comme un crocodile mort dont le ventre gonflé flotte et sur les écailles duquel se perdent quelques amers souvenirs. Un jour le brouillard viendra qui enveloppera tout. Au moment de se retirer il ne laissera qu’une paire de chaussures neuves soigneusement alignées. Tu ouvriras ta main. Une poignée de... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 20:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 février 2008

La fenêtre

« Ils ne sont jamais revenus. » Les quelques gouttes spritchées contre le carreau et ensuite frottées par un morceau de chiffon émirent un cri d’agonie amusant. Les yeux de l’enfant brillaient. Sa mère sur le côté du lit, lui passa la main sur le front. Il commençait à faire un peu froid dans la chambre, et la jeune maman se demandait ce que faisait la vieille bonne à s’attarder autant à rentrer et à sortir, rentrer et sortir à l’autre bout de la pièce et elle hérissait comme ultime rempart aux menaçants courants d’air... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 20:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 février 2008

Du bla bla bla pour les bli bli bli.

Quel âge ?Ton aînée.Tatonnes et tétonnes.Je l’ai.Prise.Et roulée.Elle était déjà connectée.Tout ça dans un tapis.Deux coups, c’était fini.Après on est parti.En voiture au bout du monde.Un doigt.J’y ai mis.Charmante.Elle a souri.Ses dents blanches. J’ai rougi Car sa langueSucréeComme un porte avionM’a fait décolléAlors j’ai couléJ’ai vu le prince charmant.N’était plus si bandantJe suis repartiQuand elle a... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 20:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2008

Une vie de chien

Poursuivi par un homme de petite taille qui brandit des baguettes en bois- celles dont on se sert pour les brochettes- il court et les semelles de ses blanches baskets se posent sur les successives pelouses d’obèses propriétaires dont la principale occupation en cet ensoleillé dimanche consiste à se reposer dans d’horizontaux transats. Verticale dans sa mouvante échappée, il saute barrières, grillages et autres délimitations propriétareuses sous les yeux ébahis et lunetteux de gros bourgeois banlieusards. Une petite... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 16:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 février 2008

Chien chien quotidien

q Les hélices de l’avion s’éteignent comme un ordinateur alt-Fquatr-é, tes oreilles s’éloignent, le bruit diminue, les portes du hangar se ferment, tu portes des lunettes de soleil noires et un blouson en cuir malgré le soleil, tu allumes le cigare qui pend sur ton visage, tu inspires, tu entends le bruit d’un chien hargneux, il se jette vers toi, tu te mets à courir à toute vitesse, le chien gagne du terrain, tu cours tout droit en suivant les lignes de la piste parce que tu es stupide et que tu ne réfléchis pas, tu laisses... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 18:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]