16 avril 2008

Double dragon

Le dripping du monde moderne c'est la reconnaissance vocale,A l'homme qui peint sans toucher son tableau succède celui qui écrit sans toucher son clavier.
Posté par HELAS à 23:28 - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 avril 2008

S’il vous plait XHTMLise-moi un texte.

Invalid !!! <H1> La nuit est froide même quand les raviolis cuisent</H2> <H2 bodyguard_musclé_à_l’entrée_révolver_poche> Ca ne sert à rien de voler dans un grand magasin, le vigile court toujours plus vite que le voleur.</H2>  <p>Un homme, la trentaine, un imperméable sur les épaules, jaune, la capuche, relevée. Il porte une sacoche sur le côté droit dans laquelle il y a <ul><li>Un porte avion et clef en argent </li><li> un... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 22:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 avril 2008

En quête de puissance #01 :

C’était le 27 octobre 1999, dans la rue Boudard. Les gouttes de pluie frappaient le pare-brise de la voiture. Jacob, enfoncé dans le siège auto usé, roulait une cigarette avec du papier OCB slim et du Django Winston extra-light. La lèvre inférieure sortie, Jacob accompagnait d’un balancement de la tête viril, Don’t stop me now que la radio jouait.  Il ouvrit le cendrier : la vision d’un chewing-gum noir et écrasé retint toute son attention alors qu’une odeur de tabac froid se répandait à l’intérieur du... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 22:48 - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 avril 2008

E-critures

  Un voyage flou à travers des mots/caractères flous, un grand mur: 中国大 我的家很小
Posté par HELAS à 01:04 - Commentaires [7] - Permalien [#]
14 avril 2008

ciel-alouette-planteux

Je regarde le ciel passer et je tire une alouette par la queue comme le bon numéro au loto. Les nuages s’en vont et il ne reste que mes larmes pour pleuvoir. Ce n’est pas très planteux, heureusement, les rares émissions chlorofidiennes n’altéreront pas ma nauséuse respiration. Je range mon vélo taggé contre le mur rouge et la bombe dans mon sac toute émoustillée s’en va vivre sa vie et recouvrir de tristes uniformes de policiers. La valise à poignée chromée se heurte à la fin du geste de mon poignet, lâche, vole et les billets comme... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 22:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 avril 2008

L'espoir n'a pas de cheveux

Si le peigne à de grandes dents c’est pour mieux t’avaler.
Posté par HELAS à 21:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 avril 2008

Mots clés :

 Je "est dans le bleu" parce que les mirages des visage rectangle petits yeux ne laisse dans les remous de l’eau qu’une image de fond coupé en deux trait noir, dans le cœur le dessin image pirat tête de mort enfant qu’on aurait peint sur une feuille de tracé de football américain
Posté par HELAS à 16:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 avril 2008

Les employés du Super-magasin

Lettre retrouvée miraculeusement dans les décombres du « Super-magasin » de P. après l’incendie.  M. Le directeur, Je vous écris pour vous faire part d’une situation pour le moins, je cherche mes mots, déconcertante. Laissez-moi vous raconter. Hier soir alors que je quittai, exceptionnellement, le bureau avant mes, nos, vos, employés, pour des raisons familiales graves, je remarquai dans les yeux de ces derniers une lueur particulière, de celle qui vous frappe sur le coup, vous hante par la suite mais que... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 23:26 - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 avril 2008

Broum broum!!!

 Le feu passe au vert et la petite voiture s’arrête. Aussitôt le gros camion juste derrière klaxonne. Un homme avec un costume noir, gigantesque –à se demander comment il pouvait tenir dans un aussi minuscule véhicule- sort, claque la portière, s’approche du klaxonneur fou. Ce dernier, plutôt maigre, blanchit. Le colosse enlève des lunettes de soleil noir et demande : « Je peux vous aider ? ». Son regard est terrifiant. Le petit homme dans son gros camion s’enfonce dans le siège à la façon* d’une motte de... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 21:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 avril 2008

Willem de Koonig, Untitled XX, 1976

   Une toile tardive, placé légèrement à gauche, beaucoup de gens passent. Faire attention aux jeudis. Se rappeler pour les mardis et faire attention aux jeudis.    Une toile assez grande. DE L2EXPRESSIONISME ABSTRAIT. Un problème. Comment commencer à décrire cette peinture.    Du bleu, non des bleus, de la couleur chair souillée de bleu. Schtroumpfisé. Schmurfled. Du noir : pas beaucoup, mais de l’incisif, violent, en relief, marquant. Un soupçon de vert comme une nébuleuse perdue... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 23:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]