Le têtard s’évapore. Une grosse pierre fait trébucher la flaque hors de son orbite. La gravité est tiède. Les renards ne reniflent aucune odeur. Les pierres sont cuites et l’atmosphère est terreuse. La mousse des sabres mouille
(la mousse des arbres souille
la mousse des sabres souille
la souche des arbres mouille
la souche des arbres souille)
le coin des paupières.
Le soleil brille si fort qu’il plisse le ventre du reptile allongé dans la boue. Les troncs flottant ressemblent à des enfants sortis de l’école. Des bouteilles vertes flottent. Au-delà des rêves les plus fous. Le jardin bleu. Le paradis des potagers. Les anges blancs dansent en rond les cheveux dorés et les yeux bleus. On n’y lit pas de livre. Dans le feu brûle la viande impure. Personne ne la mange. Personne ne vit. Tout le monde prie.