31 mai 2008

Ratures #602

Juste le bruit des pages tournées d’un cahier posé sur une table et le chant nocturne de la pluie qui gravite autour et jamais ne s’y dépose. Sous le regard agité d’une lune s’abîmant dans les tréfonds de la nuit froide. Dans les profondeurs du lac qui borde le gîte doivent reposer de sinistres créatures et il craint que le sommeil ne l’entraîne vers ces fonds inhospitaliers.
Posté par HELAS à 03:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 mai 2008

Le pain quotidien

La nuit. La nuit noire. La nuit noire les yeux fermés. Les mains ligotées. Dans le coffre d’une voiture. S’arrête. S’ouvre. Un matin. Il se lève et garde son peignoir pour aller chercher le journal que le livreur dépose très tôt dans sa boîte aux lettres. Un journal de luxe. Des informations valant leur pesant d’or se promènent sur des pages recouvertes de caractères argentés. Le coup de téléphone. 8H53. « Tu vas crever sale ordure ». 12H12 : la fin de la vaisselle. Les bulles de mousse dans l’évier. Il vit seul.... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 03:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 mai 2008

Made in China?

Gastronomiquement parlant, ce que je regretterai le plus lors de mon séjour en Chine, ce sera de ne plus pouvoir manger de nems.
Posté par HELAS à 03:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 mai 2008

UN DEUX TROIS QUATRE

Suite de mots farfelus. UN le jour un jour blanc parmi d’autres. DEUX une poubelle verte en plastique dont on aurait perdu le couvercle. TROIS un désodorisant inutile jeté dans la poubelle inflammable. QUATRE un jeune moins de vingt-cinq ans rebelle cité incapable aligner quatre mots faire phrase agressif et vivant. CINQ une voiture de police passe devant la poubelle le jeune ralentit le dévisage. QUATRE un jeune de banlieue d’origine maghrébine suspect si ça se trouve un terroriste il porte une casquette blanche... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 20:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 mai 2008

Dialogue, un soir...

L’homme 1 : C’est la nuit, l’eau du ruisseau coule, elle coule et se roule sur des pierres aux arrêtes saillantes que la lune frôle de ses rayons magiques. C’est la nuit, le ciel est noir comme toutes les fois où le soleil abandonne ceux qui n’osent le regarder dans les yeux. Il fait nuit. « Il » fait (la) nuit. Il, c’est le soleil, qui renonce tous les jours à éclairer l’homme. Mais qui regrette chaque matin. Toi, tu ne peux le comprendre. Toi tu es sourd. Toi tu es muet. Toi tu es stupide. L’homme 2 : Mmmmmmuhmumumu ! ... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 03:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 mai 2008

Sirop de menthe

La vie ne fait que commencer, la lumière s’éteint, la fête un soir dans une piscine au milieu des requins parmi les ailerons le bain est prêt le bain est chaud. Les bulles la mousse les produits d’entretiens de la baignoire et les produits d’entretiens des corps des cheveux combien de cheveux sur un seul corps combien de cheveux produits par un seul corps combien de cheveux restent dans une baignoire après le passage d’un corps quand on enlève l’eau on retrouve toujours au niveau du siphon des paquets de cheveux... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 06:54 - Commentaires [5] - Permalien [#]

25 mai 2008

Parataxe ou ensemble de phrases rédigées d’un souffle (sans respirer) devant un mauvais film (sans réfléchir) et sans retouche

La nuit cajoline reprends les a Le tombeau de monsieur lustucru revient seukement quand il fait tard Ce n’est pas pour rien que si nous réfléchissons ensemble nous nous sommes dit que le bleu L’or qui coule de ses narines dégouline jusque sur les sol à ca Le sol à carreaux blancs et noirs sur lequel une bouteille de ketchup s’est cassé Le Le gazon vert que le vent fouette repsire en silence Le vent les feuilles et les prunelles des fleurs m’embrasent en repos Le souffle de l’arbre étouffe le champ... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 02:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 mai 2008

Train train

Je maintenant absolument le départ matin heures tôt huit gare train souffle froid fumée valise lourdes deux cuir sac de voyage quai rails mouillées rosée horloge aiguille kiosque ouvert pièces veste rembourrée main poches briquet cigarette chair de poule alarme trains départ je absolument maintenant partir le matin noir ville endormis travail obligation café agents de service départ imminent cigarette écrasée baiser fougueux adieux travail hésitation obligé imminent rapides brusqués sonnerie porte fermée compartiment... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 18:11 - Commentaires [3] - Permalien [#]
23 mai 2008

Où vont...?

Où vont les poils des chiens qu’on abandonne sur les aires d’autoroutes ?Où vont les puces des chatons qu’on enferme dans des sacs et frappe contre des pierres aux arrêtes saillantes ?Où vont les bulles des poissons rouges qu’on jette dans la cuvette des toilettes ?Où vont les bagues des pigeons qu’on attrape sur une place publique pour les donner à préparer au cuisinier du coin ?Où vont les rires des enfants quand leurs parents s’envolent avec le pare-brise ?
Posté par HELAS à 03:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 mai 2008

Spirale mortelle

Le bout du pied touche l’eau s’y enfonce elle est froide mais le pied s’obstine persiste s’enfonce malgré tous les efforts du corps pour l’en dissuader le genou le haut de la jambe le torse le corps tout entier dans l’eau sombre et l’enfant dans la nuit s’éloigne de la rive et nage vers l’île secrète sur laquelle l’attend les mystérieux rayons lunaires la chair de poule se dessine sur sa peau que l’eau caresse et on ne sait jamais quelques créatures monstrueuses vivent au fond des lacs surtout à l’heure de la nuit... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 01:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]