spiralecalder

Le bout du pied touche l’eau s’y enfonce elle est froide mais le pied s’obstine persiste s’enfonce malgré tous les efforts du corps pour l’en dissuader le genou le haut de la jambe le torse le corps tout entier dans l’eau sombre et l’enfant dans la nuit s’éloigne de la rive et nage vers l’île secrète sur laquelle l’attend les mystérieux rayons lunaires la chair de poule se dessine sur sa peau que l’eau caresse et on ne sait jamais quelques créatures monstrueuses vivent au fond des lacs surtout à l’heure de la nuit quand les portes des cimetières grincent et que les feu follets s’agitent le bruit de l’eau remué trouble le silence régulièrement le souffle sportif l’effort et la fatigue l’île se rapproche l’espoir réchauffe le bout des membres ankylosés la nuit il est difficile de voir les nuages dans le ciel le courant le détourne de sa trajectoire initiale la plus courte trajectoire la ligne droite il se débat au début il réussit à se dégager la main terrifiante des profondeurs lâche son emprise presque une crampe au moment où il se sauvait le tire en arrière plonge ses oreilles dans l’eau ses cheveux sa bouche son nez le dernier regard jeté sur le monde d’en haut avant la plongée dans l’eau-delà et le tourbillonnement la spirale mortelle l’entraîne vers les profondeurs obscures abyssales et cauchemardesques une envolée de bulle l’asphyxie la mort.

Il s’enfonce dans l’eau il nage il se dirige vers l’île
 Quelque chose agrippe sa jambe le retient
Il se débat
Nage
Nage
De toutes ses forces
Il sent déjà se desserrer l’emprise maléfique
Son cœur sonne le cor de la victoire
Une crampe lui traverse la mollet
Il nage
Une crampe un pieu planté dans la jambe
Il ne peut pas nager
Il sent déjà l’emprise maléfique
Il nage s’obstine mais il ne peut pas nager
L’emprise la nage l’obstination
La constation de l’échec
Obligatoire
Il ne nage plus il coule
Son corps s’enfonce
Il disparaît au fond de l’eau noire
Etouffé
Il meurt.