Qui a éteint la lumière ?

Il pleut car il sent l’eau dans ses vêtements neufs s’enfoncer.

Depuis combien de temps traînaient-ils quelque part dans un recoin sombre d’entrepôt ? Neuf. Trempé. Il regarde le cadran de sa montre. Ne le voit pas. C’est ennuyant le noir. Les cents pas. Les premiers, une certaine ivresse, car craint intuitivement de quelque chose percuter. Un monstre. On s’habitue à tout. Le noir est très ennuyant. Pas de subtilité. L’uniformisation excessive. Réducteur.

Le conducteur de la voiture tapote le volant de sa voiture noire en cuire. Il porte des lunettes de soleil noires. Le jour n’est pas encore levé. Et il pleure dans son cœur comme il pleut sur la ville. Il regarde la radio, une chanson fraîche et inédite, comme cette romance d’hier vu à la télévision mais sans les paroles. Oh le bruit de la pluie. Oh le chant de la pluie. S’il le pouvait il courait sans s’arrêter sous les plus grosses gouttes se jetter. Simplement de son parapluie armé, sous les jambes de son patron il se glisserait. Monterait sur la gouttière qui aurait du mal à supporter son poids. Dans un grand geste comme pour le monde entier embrasser, un grand fuck avec sa main pour toute l’humanité.

Le soleil couchant doré darde de ses rayons le dindon du micro onde tout juste sorti. Visiblement il n’est pas assez cuit. Certains pourraient le sentir. Pas lui. Il est non voyant. Il s’égare dans la cave et l’ampoule grille tous les jours. Il n’a jamais vu le tableau que pour lui tu as peint. C’est sans doute la plus bel preuve d’amour que toi son fils d’autant de couleurs tous les jours à ta manière tu le vénères. Après tout c’est un peu plus que ton père.

Juste le temps de couper l’alarme avant qu’elle ne se mette à sonner. Sonner ? Avec le nouveau matériel, ça n’a plus vraiment beaucoup de sens. Elle te cause. Elle se met à te raconter ses plus intimes secret.

Le blé du champ chantait. Les moutons tout autour s’étaient mis doucement à bêler. Main dans la main, comme deux frères, vous promeniez.

L’aiguille jamais tu ne l’as trouvée, cependant ce que batifolé dans cette botte vous avez.

Ils se rencontraient tous les mardi matin devant l’enseigne du café bondé. Elle ne le faisait plus.

Quand à dix heures trentes il secrètement la retrouver. Elle ouvrait la porte de la grange. L’un à côté de l’autre, ils descendaient. Et près de l’incroyable créature dans les bras l’un de l’autre se blotissait.

Tombée du ciel ?


Comme ou dans un météorite.

Consummée.

La fumée et l’incendie.

Partout autour ça puait la terreur.

Cependant au centre de tout ce mic mac, le calme.

Il parait qu’il n’y a pas de vent au centre d’un tourbillon.

Il dit bien il paraît. Car son ami, sans doute pour ses parents rejoindre, un jour s’est envolé.

Avec elle à tout jamais l’ont quitté.

Il ne lui restait plus que ses yeux pour pleurer.

L’histoire là aurait pu s’arrêter si sur le klaxon il n’avait pas à klaxonner commme un malade continuer.

Tu as l’heure s’il te plait. Il est moins deux minutes avant l’heure de ma mort. Merde je suis réglé sur celle de ton cousin, tu n’as pas la mienne défois, si, ah, c’est la même que moi ? Ah génial on va mourir ensemble et si nous partagions la même vie je sais que toi tu ne vas pas m’abandonner.

Main dans la main le camion sans ralentir sur leurs deux beaux corps de jeunes adolescents comme la vie est passée. Sur plusieurs mètres il les a traîné. Le chauffeur avec encore de la coke sur le nez.

Sans_titre3