28 octobre 2007

Misère

Il tend la main. Le tintement de trois pièces. La dernière roule sur le trottoir mouillé. Pas la bonne saison. Il fait froid. Le vent souffle. Les yeux brillants. Regarde derrière l’horizon. Il dort sur un banc. Les couvertures trouées. Chassé après le dernier métro. Je déchire les énormes panneaux publicitaires qui sont une insulte à mon humanité. Je parle fort et je suis bourru. Quand personne ne me regarde j’ai l’air triste. Moi ton frère humain. Pas besoin d’aller bien loin pour un de ses cousins retrouvé... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 13:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 octobre 2007

Interrogatoire meurtrier

Les deux mains posées sur la table. Le sablier. Il y dépose ses cendres. Ça pue. Un commissariat. Le flic. Le regarde. De haut. Normal. Il est debout. Son cul contre la chaise. Retenu à l’épaule par le compère. Un. Deux. Policiers. En sécurité. Plus d’armes à feu dans une pièce que ce que jusque là dans toute sa vie il avait pu voir. Aucune. L’interrogent. C’est ce qu’il dit. −Je suis innocent. −On est tous innocents de quelque chose. Hier, un homme a tué soixante deux personnes avec une mitraillette en dégommant... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 12:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 octobre 2007

Dates de sortie du roman "Evagination"

Le roman sera publié sur le blog en cinq parties: Vous pouvez d'ores et déjà lire la première partie,La seconde : mercredi 31 octobreLa troisième : samedi 3 novembreLa quatrième: samedi 10 novembreEt enfin la cinquième : 17 samedi novembre.
Posté par HELAS à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 octobre 2007

Les sirènes

Je regarde par dessus ton bras. S’efface. Je n’ai pas le temps de finir de prononcer ma phrase que déjà le sable recouvre les derniers mots. Tu as grandi mon enfant mon petit et ta voix celle qui ne dépassait jamais le volume sonore d’un grincement de porte éclate aujourd’hui comme le tonnerre bouillonnant. Je tends mes mains écarte les bras, tout mon corps est là pour te recevoir. Pourtant tu choisis de m’éviter. Ce n’est qu’une seule de nos grises journée, une parmi combien de milliers et je sais que le grain de sable ... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 15:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2007

Corrections

Corrigés :Amant secretMettre la main devant la boucheLes anciens ApprivoiséLes "prostiputes"Pastiche à la manière de ceux qui savent...Sans retournementUne armée de talons sauvagespersonne ne l'attendaitGlobal warmingFreezeNotesOrateur 2OrateursEmpiléesFesses molles Mais l'erreur et les oublis sont humains ! Bonne lecture
Posté par HELAS à 23:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 octobre 2007

Amant secret

J'ouvre la bouche dans laquelle tu jettes des miettes de pop corn que je savoure. Le sucre déposé qu'un seul coup de langue ne suffit pas à déloger complètement colle sur la peau. La porte claque. Ton mari entre. Il porte des habits et des chaussettes. Je ne porte pas d’habits. Je saute par la fenêtre. Close. J’ai traversé ta vie et les carreaux de ton salon.
Posté par HELAS à 02:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 octobre 2007

Les re-vus 2

A propos des corrections.Quelqu'un va relire les textes derrière moi, de temps en temps, régulièrement, chaque semaine, chaque jour, tous les jours, tous le temps.Je la remercie.Cela devrait limiter les fautes d'orthographe.En espérant vous satisfaire,
Posté par HELAS à 02:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 octobre 2007

Mettre la main devant la bouche.

L’important, c’est de bien viser son ennemi. Frappe chirurgicale. Mon Barbe Noir à moi c’est l’institution. L’eau de cologne des fonctionnaires pue. Les jours de pointe, un parfum dans l’air. L’âcre pédanterie-abus de pouvoir. Pour des fu àtilités aussi inutiles qu’une case à cocher, ne pas cocher. Ça t’aspire et ça ne te donne rien. Sinon de vifs reproches. A constamment remettre en cause ta singularité. A nier la complexité de la du réel diversité. Il ne se négocie pas ni ne s’étiquette. Il ne sait si pas. Des zombis,... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 01:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 octobre 2007

Les anciens

Regardez-les qui tremblent dès qu’on menace de toucher à leur immortalité.
Posté par HELAS à 01:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2007

Apprivoisé

A toute vitesse, descendre les escaliers c’est dangeureux. Les marches glissent. La tête la première. Devant sa boîte aux lettres vide. Il ouvre l’une après l’autre pile de facture. Son compte en banque. Son appartement. Sa vie. Se délabre ? Sur le point d’être heureux ? Le bonheur comme une crotte de chien, on ne le sait qu’après avoir marché dessus. L’odeur te colle à la peau. Toutes ces ombres s’agglutinent autour de toi. Elles brandissent des feuilles, tu les signes. Elles s’empilent sur ton bureau. Tu ne vois plus... [Lire la suite]
Posté par HELAS à 01:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]